Newsletter Christophe Arend, Député de Moselle - Novembre 2018
Commémoration du Centenaire en Moselle-Est

Les commémorations du Centenaire ont débuté le 5 novembre, avec la visite du Président de la République dans le Grand-Est. A Morhange, les Parlementaires ont assisté à une cérémonie en hommage aux combattants français tués en août 1914 lors de la bataille des frontières, qui a fait plus de 5000 morts français. "Il y a cent ans, la division a déchiré l’Europe et emporté nos ancêtres. Nous devons consacrer nos efforts à créer des liens et défendre la paix." a rappelé le Président.

Le 11 novembre, le Député a participé à la cérémonie organisée par le Maire de Schoeneck devant la stèle des aviateurs en présence d’Allemands et d’Américains, puis devant les monuments aux morts de la ville.  

Nos voisins allemands ont également souhaité célébré ce grand moment de mémoire. Invité par Mme Catherine Robinet, Consule de France en Sarre, Christophe Arend s'est rendu au cimetière Ehrental dans le jardin franco-allemand de Sarrebruck, avec M. Roland Theis, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, et Mme Isolde Ries, VP du Parlement, de l’officier commandant le détachement militaire français, du représentant du Volksbund Deutsche Kriegsgrabersfursorge e. V. Puis, une couronne a été déposée par la délégation au Mémorial de la Brême d’Or à Sarrebruck.

Ces célébrations se sont terminées en beauté par une Marche de la paix, sur les hauteurs de Spicheren, champs de bataille d’hier où Français et Allemands se rencontrent désormais pour célébrer le Centenaire et l’amitié franco-allemande !
 

Pour une Assemblée franco-allemande ! 

Mercredi 14 novembre, Richard Ferrand, Président de l’Assemblée nationale, et le groupe de travail parlementaire franco-allemand, dont Christophe Arend est co-Président, ont reçu Wolfgang Schäuble, Président du Bundestag. Lors de cette journée, les parlementaires ont assisté à la cérémonie commémorative du centenaire du 11 novembre devant le Monument aux Morts 1914-1918 à l’Assemblée nationale. Mais surtout, ils ont présenté leur projet d’accord parlementaire, fruit de 8 mois de concertation, aux Présidents des groupes politiques français et allemands.

Retrouvez le projet d'accord parlementaire ici. 

Tribune : Osons le new deal énergétique entre la France et l'Allemagne !   

Christophe Arend, son collègue Matthieu Orphelin et Franziska Brantner, Députée du Bundestag, ont initié une tribune appelant à élaborer une stratégie franco-allemande de l'énergie, une Europe de l'énergie. 

La France comme l’Allemagne sont sur le point de prendre des décisions qui auront un impact majeur sur notre avenir énergétique : la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui définit la feuille de route de la transition énergétique en France et la date de sortie du charbon qui doit être fixée par la commission charbon en Allemagne.

Ces deux décisions, française et allemande, sont très attendues au moment où nous sommes en train de bâtir l’Europe de l’énergie. Ce grand chantier doit permettre à la fois d’assurer notre sécurité énergétique, mais aussi d’accélérer la transition vers un système énergétique plus propre et résilient et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, la première pierre de cette Europe de l’énergie est fragilisée par la défiance croissante entre les gouvernements français et allemand sur leurs politiques énergétiques.

La peur de devoir consommer de l’électricité produite par des centrales à charbon allemandes fait hésiter la France à enclencher la diminution de son parc nucléaire. A l’inverse, l’Allemagne craint qu’en actant la sortie rapide du charbon, elle soit contrainte d’importer de l’électricité issue des centrales nucléaires françaises, alors même que le pays a tourné le dos à cette énergie la jugeant trop risquée après la catastrophe de Fukushima.

Le manque de coordination entre la France et l’Allemagne aboutit à une situation du tous perdants. La France est en passe de largement rater ses objectifs de transition énergétique sur les renouvelables et sur la réduction de sa consommation d’énergie. Quant à l’Allemagne, elle est très en retard sur la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre.

Ne laissons pas le doute s’installer dans le couple franco-allemand. Ce doute serait destructeur pour la construction d’une Europe souveraine sur l’énergie et pleinement engagée dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Français et Allemands doivent faire un pas l’un vers l’autre. Le Président de la République et la Chancelière allemande ont l’occasion de construire un new deal gagnant-gagnant sur la transition énergétique d’ici la fin de l’année.

Pour cela, ils doivent combiner la Programmation pluriannuelle de l’énergie et les plans de sortie du charbon pour enfin aligner leurs trajectoires énergétiques. Une Programmation pluriannuelle de l’énergie qui acterait une trajectoire claire de fermeture d’un nombre significatif de réacteurs nucléaires d’ici à 2028 afin d’atteindre au plus tôt les 50% de nucléaire dans le mix électrique lèverait la défiance de la société civile allemande, de son gouvernement et des acteurs économiques vis-à-vis de la politique énergétique française. De son côté, le gouvernement allemand pourra prendre sereinement la décision de sortir du charbon, sans risquer d’importer de l’électricité nucléaire.

Au fur et à mesure que cette coordination prendra de l’ampleur et que la confiance sera retrouvée, nous pourrons aller plus loin dans les objectifs de réduction du nucléaire en France tout en fermant plus vite les centrales à charbon en Allemagne.

Ce new deal énergétique entre Emmanuel Macron et Angela Merkel peut être l’acte fondateur de l’Union de l’énergie dont l’Europe a tant besoin pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique. Cette décision politique d’avancer ensemble sur la transition énergétique à 6 mois des élections européennes montrerait que l’Europe n’est plus coincée dans un statu quo dangereux pour le climat et notre sécurité énergétique, mais qu’elle agit concrètement pour notre bien commun.

Monsieur le Président de la République, Madame la Chancelière allemande, osons ensemble porter ce new deal de l’énergie en Europe.

Retrouvez la Tribune, publiée dans Libération, avec l'ensemble des Députés signataires, sur le site du Député en français et en allemand.

 

Déjeuner des Parlementaires Grand-Est à l'Elysée
Les Parlementaires Grand-Est et Gérard Mittelberger, Maire de Petite-Rosselle, ont été invités à déjeuner à l'Elysée. Le Maire de Petite-Rosselle a pu interroger le Président de la République sur la situation de la Moselle-Est, en particulier sur la gestion de l'après-mine.
Des anniversaires en Moselle-Est !
En ce mois de novembre, de nombreux anniversaires ont été célébrés, révélant le dynamisme de notre territoire : 

Image 1 : Avec près de 40 ans d‘existence, l‘ISFATES est l‘une des plus anciennes et en même temps la plus grande coopération (plus de 400 étudiants et près de 3000 anciens) entre deux établissements d‘enseignement supérieur allemand et français.

Image 2 : Réseau universitaire européen et transfrontalier unique en son genre, l’UniGR a célébré son 10ème anniversaire à la Villa Europa à Sarrebruck le 13 novembre. Une réalisation de l'Union européenne et des régions partenaires de la Grande Région : l'Europe concrète !

Image 3 : Célébration du 5ème anniversaire du Service de Placement Transfrontalier de Pole Emploi Grand Est et des Agenturen für Arbeit Saarland und Kaiserslautern-Pirmasens. Ce service franco-allemand innovant met en place de nombreuses aides et des formations (langue, ateliers) pour les demandeurs d'emploi, mais aussi pour les chefs d'entreprises : un véritable atout pour notre territoire ! 

Image 4 : Le 12 novembre, Christophe Arend a inauguré la première session du Café Coop dédié à l'entrepreneuriat franco-allemand à la Villa Europa, en compagnie de Catherine Robinet, Consule générale en Sarre, et de Valérie Deshoulières, Directrice de l'Institut français de Sarrebruck. " Fervent défenseur de l'apprentissage, nous devons sensibiliser les jeunes à cela et encourager ce changement de mentalité du côté français. L'apprentissage est une des clés dans la lutte contre le chômage. Aujourd’hui, il y a ici des énergies françaises et allemandes convaincues que la France va évoluer dans la transmission du savoir. Alors allons-y !" a témoigné le Député. 

Interventions en Allemagne

 

Christophe Arend est intervenu à la DGAP

Le 8 novembre dernier, Christophe Arend a eu le plaisir d'intervenir à la DGAP à Berlin avec les étudiants de la European Law School, Julian Siefert et Alikli Kosmidis, et l'équipe de la DGAP, Yoan Vilain, Pascal Goddemeier, Claire Demesmay, Claire Goaguen... Ils ont échangé sur le Traité de l'Elysée, les enjeux de la réforme de la coopération parlementaire franco-allemande et l'avenir de ces relations dans le contexte européen.



Le Député a célébré l'amitié franco-allemande à Bonn 

Christophe Arend a été invité à Bonn pour célébrer l'amitié franco-allemande à travers différents évènements :

  • Visite des locaux de la Deutsche Welle avec Patrick Leusch et toute l'équipe de la chaîne,
  • Echanges avec les élèves du Friedrich Ebert Gymnasium. Cet établissement dispose de classes Abibac et du LabelFrancEducation,
  • Rencontre avec Olivia Christmann, Consule générale de France à Düsseldorf et Directrice de l’Institut français de Rhénanie du Nord-Westphalie, avec Mark-Alexander Schreiweis et Landry Charrier. 
  • "Diskussion mit den Jugendlichen über die Zukunft Europas", organisée par le Gustav Stresemann Institut. 
Intervention à la Friedrich Ebert Stiftung
 
Le 26 novembre, Christophe Arend est intervenu lors d'une conférence à la Friedrich Ebert Stiftung à Bad Kreuznach avec Lisa Huth. 60 ans après la signature du Traité de l'Elysée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, inscrivant dans le marbre l'amitié franco-allemande, comment ont évolué ces relations ? Deutsch-Französische Partnerschaft – immer noch die treibende Kraft für ein demokratisches Europa ? 


Le groupe d'amitié France-Allemagne de l'Assemblée en voyage à Ludwigshafen
 
Visite de l'entreprise BASF, leader en matière de chimie industrielle, à Ludwigshafen avec le groupe d'amitié France-Allemagne sur les thématiques de la formation et du développement durable le 29 novembre. BASF met l'accent sur l'apprentissage et le tutorat qui constituent une formidable occasion pour les jeunes de découvrir l’entreprise.

Retours sur quelques temps forts du mois de novembre : 
 
- "Europa-Konferenz" CEUS de l’Université de la Sarre sur la crise migratoire en présence de Ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, Peter Altmaier. 
- Séminaire "Künstliche Intelligenz in Regionen" sur l'Intelligence artificielle et la cybersécurité à Sarrebruck, avec Régis Passerieux, Conseiller général pour la stratégie au CHEMI, et Jean-Martin Jaspers, Directeur du CHEMI. 
- Accueil de l'Association Nationale des Retraités (ANR) de La Poste de la circonscription à l'Assemblée nationale. 
-  Rencontre des agriculteurs, de la FDSEA de la Moselle, aux côtés de Mme le Sous-Préfet à Forbach devant la Sous-Préfecture, puis à la permanence parlementaire pour échanger sur la PAC, la taxe foncière, les sangliers, l'EGALIM...
- Rencontre avec le mouvement des gilets jaunes.
- Echanges avec les agents pénitentiaires de la Maison d'arrêt de Metz.
- Visite de Hager à Blieskastel avec Roland Theis.
 
 
Retrouvez toutes les activités du Député sur son site internet
Twitter
Facebook
Website