FDVA : candidatez !

Vous êtes une association et vous désirez bénéficier d'une aide au titre du Fonds de Développement de la Vie Associative (FDVA), n'attendez plus ! 

 Vous avez jusqu'au 12 avril pour faire votre demande : https://lecompteasso.associations.gouv.fr.

En 2019, l’enveloppe de subvention allouée au département de la Moselle est de près de 230 000 euros.

Mise en ligne le 04/03/2019

L’Assemblée nationale vote la fin du « verrou de Bercy »

Qu’est ce que le verrou de Bercy ?

En France, la fraude fiscale ne peut pas donner lieu à des poursuites judiciaires à l’initiative d’un procureur ou d’une victime, contrairement à tous les autres infractions punies par la loi. Le ministre des finances (Bercy) dispose en la matière d’un monopole sur l’engagement des poursuites : cela signifie que des poursuites ne peuvent être engagées contre un fraudeur que si Bercy le demande à un procureur.

Cette pratique singulière remonte aux années 1920, et vise à faciliter le travail du fisc. En agitant le chiffon rouge des poursuites judiciaires, Bercy peut en effet faire pression sur les fraudeurs pour qu’ils reconnaissent leur culpabilité, remboursent l’impôt évité et paient des amendes.

Mais ce « verrou de Bercy » est également vivement contesté pour son manque de transparence : il entretient des soupçons sur le traitement accordé aux fraudeurs fiscaux, des justiciables « à part » dont le sort est scellé dans le secret de Bercy.

La fin du verrou de Bercy pour les gros fraudeurs

Mercredi 19 septembre, l’Assemblée nationale a voté à la quasi-unanimité (112 voix contre 5 abstentions) l’article instaurant un mécanisme de transmission automatique des dossiers les plus graves au parquet des affaires. Le seuil déclenchant cette transmission est fixé à 100.000 euros. Jusqu'à maintenant, lorsqu'un agent du fisc constatait un cas de fraude, il devait en référer à sa hiérarchie avant de pouvoir saisir la justice.

Ce "verrou desserré" devrait désormais permettre aux magistrats d'étendre leurs investigations à des faits nouveaux sans plainte complémentaire de l'administration. Désormais, lorsqu'une fraude fiscale sera avérée, l’administration aura l'obligation de transmettre le dossier à la justice pour d’éventuelles sanctions pénales. Le Gouvernement salue une « avancée décisive » et « historique ». Gérald Darmanin, ministre des Comptes Publics a également indiqué qu'une prochaine circulaire co-signée avec la garde des Sceaux prévoira que « les agents des finances publiques sont déliés du secret professionnel à l'égard du procureur ». 

 

Références : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/30/la-defense-douteuse-du-verrou-de-bercy-par-gerald-darmanin_5278450_4355770.html 

Mise en ligne le 20/09/2018

Pas de suppression des pensions de réversion

L’éventualité d’une réforme des pensions de réversion suscite l’intérêt des médias depuis la publication, début juin, d’un document de travail, remis aux partenaires sociaux dans le cadre de la concertation sur la réforme des retraites, et dans lequel la question du maintien des pensions de réversion est posée.

Lors d'une séance de questions au Gouvernement le 21 juin dernier, la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a rappelé que « Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion ». 

Le Ministère prépare une réforme générale de notre système de retraite, promise par Emmanuel Macron durant la campagne, pour faire en sorte qu’un euro cotisé donne les mêmes droits, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui puisque nous avons une quarantaine de régimes différents, qui ont chacun leurs règles propres. Actuellement, le Ministère est au stade de la concertation avec les partenaires sociaux et de la consultation citoyenne ; consultation qui a été lancée le 31 mai dernier, a déjà donné lieu à plus de 17 000 contributions en ligne.

Actuellement, les règles en matière de réversion sont très différentes d’un régime à l’autre, ce qui donne lieu à des inégalités qu’il faut corriger. Le Haut-commissaire concerte et écoute pour définir le meilleur système et faire en sorte que le dispositif soit plus juste et plus universel. En tout état de cause, la future réforme ne touchera pas les pensions déjà liquidées. La ministre des Solidarités et de la Santé l’a assuré : « les personnes qui perçoivent déjà une pension de réversion ne verront aucun changement ». Les pensions de réversion sont et resteront un outil très puissant pour lutter contre la pauvreté des veuves, dès lors que la pension des femmes reste très inférieure à celle des hommes.

Mise en ligne le 27/06/2018

Adoption du Pacte ferroviaire par l'Assemblée nationale

Mercredi 13 juin, l'Assemblée a adopté le projet de loi "pacte ferroviaire" par 452 voix pour et 80 contre, suivie par le Sénat, avec 245 voix pour et 83 voix contre. 

  • La SNCF devient une société nationale, qui reste intégralement détenue par l’Etat. Ses deux filiales (SNCF Mobilités et SNCF Réseau) sont entièrement détenues par la SNCF.
  • L’ouverture à la concurrence progressive entre 2019 et 2023 pour les TER et en 2020 pour le TGV.
  • Grâce aux avancées de la concertation, la création d’un « sac à dos » social avec des droits sociaux conservés en cas de changement d’opérateur (rémunération nette perçue sur les 12 derniers mois, sécurité de l’emploi, régime de retraite).
  • Pour une meilleure offre plus qualitative et plus de sécurité pour les voyageurs.
Mise en ligne le 27/06/2018

Adoption en 1ère lecture du projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes

Jeudi 17 mai, les Députés ont adopté en première lecture le projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes avec 115 voix contre 29 et 25 abstentions. Afin de faire de la société un espace plus ouvert et moins discriminatoire, ce projet permettra à davantage de victimes d’être entendues et de condamner davantage les auteurs coupables de ces actes qui détruisent celles et ceux qui les subissent. Avant son adoption définitive, le texte sera prochainement examiné par les Sénateurs.

Porté par Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, ce texte vise à renforcer l’arsenal législatif pour lutter plus efficacement contre les violences sexuelles et sexistes. Richard Ferrand, Président du groupe LaREM à l’Assemblée nationale, se félicite d’un texte qui « amène de nouvelles protections pour les victimes d’infractions sexuelles, notamment pour les mineurs. ». Pour Dimitri Houbron, responsable LaREM de ce texte, « l’objectif de ce projet de loi, c’est à la fois de mieux protéger les femmes et les mineurs victimes, et en même temps de réprimer plus lourdement les acteurs de ces violences. »

Concrètement, ce projet de loi introduit plusieurs nouvelles protections :

  • Le délai de prescription pour les crimes sexuels commis sur mineurs est allongé de 20 à 30 ans.
  • La preuve de contrainte morale ou de la surprise, éléments constitutifs des agressions sexuelles, pour les mineurs de moins de 15 ans est considérablement facilitée. L’abus de vulnérabilité sera reconnu dès lors que la victime ne disposait pas du discernement nécessaire pour consentir ces actes. Cette disposition s’appliquera de façon rétroactive (Art. 2).
  • De plus, lors d’atteintes sexuelles, sans « violences, contrainte, menace ou surprise », les peines sont doublées, pouvant atteindre 10 ans de prison et 150.000 euros d’amende.
  • Le magistrat, dans l’hypothèse où le viol ne pourrait être caractérisé, devra juger si les faits constituent alors une atteinte sexuelle afin que l’auteur ne reste pas impuni.
  • L’infraction d’outrage sexiste, élargie par amendement des Députés LaREM aux personnes LGBTQ+, est créée afin de lutter contre le harcèlement de rue.
  • La notion de harcèlement sexuel ou moral est étendue aux actions non répétées mais menées par plusieurs personnes à l’encontre d’une même victime, afin de lutter contre « les raids numériques ».

http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/examen-en-1ere-lecture-du-projet-de-loi-renforcant-la-lutte-contre-les-violences-sexuelles-et-sexistes-a-lassemblee-nationale/

Mise en ligne le 17/05/2018