La salle de remise en forme devrait ouvrir en octobre

La salle de remise en forme devrait ouvrir en octobre

Didier Martin, préfet de la Moselle, était à Behren vendredi matin pour inaugurer le giratoire de l’entrée nord de la commune, opérationnel depuis le printemps, et la nouvelle salle de remise en forme, extension du Cosec, qui devrait ouvrir ses portes dans un mois.

Les Behrinois et autres usagers de la route départementale 31 qui contourne la cité l’empruntent depuis le printemps dernier, mais c’est ce vendredi qu’a été officiellement inauguré le giratoire de l’entrée nord de la commune. Pour couper le ruban, il y avait beaucoup de monde autour du maire Dominique Ferrau. Et notamment le préfet de la Moselle Didier Martin, la sous-préfète de Forbach-Boulay Claude Dulamon, et aussi le député Christophe Arend, des conseilleurs départementaux et régionaux, de nombreux autres élus, les autorités…

300 m² bien équipés

Ce giratoire a remplacé un carrefour dangereux, lieu de nombreuses collisions par le passé. Il a coûté 1,2 million d’euros TTC, répartis entre l’Etat, le Département et la Ville. « Aujourd’hui, tout est sécurisé, c’est une belle réussite », souligne Dominique Ferrau. Sur place, le maire a notamment évoqué avec les deux représentants de l’Etat une des cinq branches du giratoire, pour l’instant inachevée. Elle devrait, dans le futur, permettre d’accéder à la cité par la rue des Cévennes. Une nouvelle entrée de ville.

Après le giratoire, direction l’autre bout de la cité pour une seconde inauguration : celle de la salle de remise en forme, autre projet de l’actuelle municipalité. Il s’agit d’une extension de 300 m² du Cosec, rue du Stade. Coût de la réalisation : 950 000 € TTC, avec des participations de l’Etat, de la communauté d’agglo et de la Ville. Cette salle est équipée de tapis de course, de vélos elliptiques, de bancs de musculation et de nombreux autres appareils de remise en forme. Elle répond, selon le maire, à une demande des habitants.

Les horaires et tarifs connus

Elle devrait ouvrir dans le courant du mois d’octobre, après l’approbation des tarifs d’accès par le conseil municipal. En effet, « elle sera gérée par la commune, nous allons mettre en place un ou deux coachs sportifs », indique le maire. La salle sera ouverte du lundi au vendredi de 8 h à 20 h, et le samedi jusqu’au midi. Des créneaux matinaux devraient être réservés aux séniors. Côté tarifs, sous réserve de l’approbation par le conseil municipal, ce sera 11 € par mois pour les Behrinois, et 25 € pour les autres.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 06/09/2019

Mise en ligne le 11/09/2019

Rentrée au Lycée Condorcet de Schoeneck - TV8

Retour sur la rentrée au lycée Condorcet de Schoeneck sur TV8 Moselle-Est => A découvrir à partir de 3 minutes ici. 

Mise en ligne le 11/09/2019

L'invité du Grand Réveil : Christophe Arend

Christophe Arend, député LREM sur le territoire de Forbach.

Il y a presque deux semaines, on découvrait l’ampleur des incendies en Amazonie. Aujourd’hui, 46 députés et 17 organisations non gouvernementales signent une tribune pour ne pas être complices de la déforestation.

Ça veut dire quoi ?

Il faut savoir que l'Amazonie c'est le poumon de la planète et en dehors du fait que ça capte une partie du carbone de l'atmosphère qui est toxique pour le réchauffement, ça nous fournit de l'oxygène, ça héberge une grande partie des écosystèmes et des espèces de la planète, et ça commande plus ou moins directement 10% des ressources en eau de la planète qui sont un enjeu important pour le futur. Donc aujourd'hui ce qui se passe en Amazonie ça concerne le monde entier.

Que demandez-vous ? Une loi garantissant qu’aucun produit issu de la déforestation n’entre sur le territoire ?

Plusieurs niveaux. On a bien conscience que c'est un pays souverain et qu'on ne peut pas trop se mêler de ce qui se passe chez eux. Mais on a quand même la Guyane qui est à proximité. Ensuite il faut savoir que la France est aujourd'hui le pays au monde qui consomme de manière directe ou indirecte le plus de choses issues de cette déforestation. L'exemple typique c'est le soja. Aujourd'hui on déforeste pour produire du soja et ce soja on l'importe soit directement soit on l'importe au travers d'animaux, de viande nourris par ce soja. Donc il faut que en France on prenne bien conscience de cela et qu'individuellement aujourd'hui on prenne nos responsabilités, qu'on consomme moins de viande issue de la déforestation. C'est aussi au niveau des instances nationales qu'il faut une prise de conscience. C'est pour ça qu'après cette tribune on a demandé à être reçus à Matignon pour constituer un groupe de travail pour voir si la France peut impulser au niveau européen.

On a besoin de soja en France. Est ce qu'on peut en produire suffisamment ?

Une grande partie du soja que l'on consomme en France vient d'une consommation indirecte, de part l'alimentation des bovins issus de l'importation. Je ne dis pas qu'il faut interdire de consommer de la viande ou du lait mais qu'on limite au besoin la consommation de viande et de lait qui arrivent de ces régions là. Le Mercosur qui est un accord qui est en train de se négocier entre la France, l'Europe et ces pays là doit être suspendu et cet argument de poumons et de richesse pour la nature doit être le tout premier argument, le tout premier élément à prendre en compte dans ces négociations.

Il y a une loi qui peut arriver dans les prochains mois, les prochaines années ?

Il peut y avoir une loi franco française. Ce serait la France qui limite la consommation de choses qui entraînent la déforestation. En 2017, il y a déjà eu une loi qui contraint les grands groupes internationaux à dire quel est leur impact environnemental. Seulement aujourd'hui cette loi n'est pas encore appliquée. Donc il faut aussi appliquer ces choses là. Malheureusement, si on fait seulement une loi française et que l'impulsion n'est pas européenne le poids est relativement faible. Si 67 millions de Français s'imposent quelque chose sur 7 milliards d'humains, quand on regarde au niveau européen on est quand même déjà à 500 millions d'individus. 

Retrouvez l'article ici.

Radio Mélodie - 04/09/2019

Mise en ligne le 11/09/2019

Le député de Forbach tweete contre les intimidations

Les opposants au Ceta s’échangent l’adresse de la permanence de Christophe Arend, député LREM de Forbach, sur le web. Cela est vécu comme une provocation par l’élu. 

Ces derniers jours, plusieurs permanences de députés LREM ont été saccagées. Une dizaine de parlementaires En Marche ont eu leurs bureaux vandalisés en raison de leur vote pour le Ceta, le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada. Christophe Arend, député de Forbach, a lui aussi voté pour le Ceta et ne s’en est jamais caché. Pour l’instant, ses locaux sont intacts.

Pression sur les réseaux sociaux

Mais l’élu subit des pressions sur les réseaux sociaux. Les opposants au Ceta s’échangent les adresses des permanences des députés macronistes, dont celle d’Arend, via Twitter et Facebook par exemple. Cela est vécu comme un appel à commettre des dégradations et une tentative d’intimidation par Christophe Arend qui a répliqué sur Twitter. « Je ne céderai devant aucune #intimidation », a-t-il tweeté.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 30/07/2019

Mise en ligne le 12/08/2019

Ici et là - SR 2 KulturRadio

Ici et là - SR 2 KulturRadio

Das deutsch-französische Magazin auf SR 2 KulturRadio - Lisa Huth et al.

Die "Malgré Nous", das Eurodépartement Elsass und die Rechten in Frankreich Einblicke in die Arbeit eines deutschen und eines französischen Politikers von der Grenze (Christophe Arend, Roland Theis)

Christophe Arend, Forbacher Abgeordneter in der Pariser Nationalversammlung, Vorsitzender der deutsch-französischen Parlamentariergruppe und Roland Theis, Staatssekretär im Saarländischen Justizministerium: "Wir lassen einander nicht im Regen stehen“. 

Ecouter l'émission et l'interview de Christophe Arend et Roland Theis ici. 

SR2 - 30.07.2019

Mise en ligne le 12/08/2019