Spécialité allemand à Forbach : la satisfaction du député Arend

Mercredi, le rectorat de Nancy-Metz a publié une nouvelle carte des enseignements de spécialité, avec la possibilité pour le lycée Jean-Moulin de Forbach, mais aussi Poncelet de Saint-Avold et Louis-Vincent de Metz, de proposer la spécialité allemand à la prochaine rentrée, ce qui n’était pas le cas dans un premier temps. Un réajustement qui satisfait le député Christophe Arend : « Je suis ravi que nous ayons pu trouver un compromis avec la rectrice Florence Robine, le directeur académique Antoine Chaleix, et l’équipe du ministre de l’Education nationale. Tous ont conscience de l’importance de la langue allemande sur notre territoire et en font une de leur priorité. »

Retrouvez l'article ici. 

Le Républicain lorrain - 11/01/2019

Mise en ligne le 11/01/2019

Mehr Kooperation deutsch-französischer Kliniken

Mehr Kooperation deutsch-französischer Kliniken

Für die deutsch-französische Grenzregion soll es bald einen Rahmenvertrag über die Zusammenarbeit von Krankenhäusern geben. Bei dem seit fünf Jahren geplanten Projekt „Mosar“ hatten zuletzt die deutschen Krankenkassen gebremst. Nun steht der Vertragsabschluss offenbar unmittelbar bevor. Entsprechende Angaben des Forbacher Abgeordneten in Paris, Arend, hat die Gesundheitsagentur der Region „Grand Est“ dem SR bestätigt. 

Nachdem das Projekt über Jahre vor sich hin gedümpelt hatte, hatte Christophe Arend kurzerhand dem französischen Premierminister einen „Rapport“ vorgelegt - und in verhältnismäßig kurzer Zeit kam die Zustimmung: Bereits Ende Februar, Anfang März soll ein Rahmenvertrag zur Zusammenarbeit zwischen Krankenhäusern entlang der Grenze auf französischer Seite und Krankenhäusern in Saarbrücken und Zweibrücken unterschrieben werden.

Er umfasst fünf Gesundheitsbereiche: Kardiologie, Neurochirurgie, Nachsorge und Reha, Geburtsnachsorge und Nuklearmedizin. Außerdem geplant ist eine Ausweitung der Kooperation in der Kardiologie zwischen Völklingen und Forbach auf Saargemünd. Einzelheiten müssen noch festgelegt werden.

Der frühere Chefarzt der Herzchirurgie in Völklingen, Dr. Helmut Isringhaus, sagte, wenn der Vertrag tatsächlich unterschrieben würde, wäre dies ein großer Fortschritt in der grenzüberschreitenden Patientenversorgung. Er hatte die bestehende Kooperation zwischen Völklingen und Forbach mitinitiiert.

***

Traduction 

Pour la région frontalière franco-allemande, il y aura bientôt un accord-cadre de coopération hospitalière. Planifié depuis 5 ans, le projet Mosar a principalement été freiné par les caisses d’assurance maladie allemandes. Aujourd’hui, un accord devrait voir le jour incessamment sous peu. Ces informations données par le Député français Christophe AREND ont été confirmées par l’Agence régionale pour la santé Grand-Est

Alors que le projet végétait durant des années, Christophe Arend a remis un « rapport » au Premier Ministre et a reçu son approbation en relativement peu de temps. Déjà fin février, début mars, sera signé un accord-cadre de coopération entre les hôpitaux le long de la frontière française et les hôpitaux de Sarre (Sarrebruck et Zweibrücken). 

Il englobe 5 secteurs médicaux : la cardiologie ; la neurochirurgie ; les soins de suite ; la néonatalité et la médecine nucléaire. De plus, est prévu l’élargissement de la coopération en cardiologie entre Völklingen et Forbach au secteur de Sarreguemines. Des précisions sur toutes ces coopérations doivent encore être apportées.

L’ancien médecin-chef de la chirurgie-cardiaque à Völklingen, Dr. Helmut Insringhaus - co initiateur de la coopération entre Forbach et Völklingen - explique que si l’accord-cadre est effectivement signé, cela représentera un important progrès dans la prise en charge des patients de part et d’autre de la frontière.

Retrouvez l'article ici.

SR3 - 09/01/2018

Mise en ligne le 11/01/2019

Une collaboration avec Sarrebruck et Zweibrücken

Mosar. Un projet de coopération sanitaire transfrontalière franco-allemande. La signature de l’Accord-cadre de coopération sanitaire entre la France et l’Allemagne le 22 juillet 2005 a été le point de départ pour la mise en place de conventions de coopération médicale, interhospitalière et des secours d’urgence. Exemple-phare de la réussite dans ce domaine de santé entre la France et l’Allemagne : l’accord de coopération en cardiologie entre le centre hospitalier Marie-Madeleine de Forbach, en Moselle, et les SHG Kliniken de Völklingen, en Sarre. Suite à la réussite de ce partenariat dans le domaine de la cardiologie, les acteurs ont vite souhaité l’extension de la coopération à d’autres spécialités.

En août dernier, Nicole Trisse et son collègue de la circonscription de Forbach Christophe Arend ont présenté ce projet d’extension au Premier ministre. Ils ont été écoutés, puisque « l’Agence régionale de santé a confirmé qu’une collaboration va s’ouvrir cette année entre les hôpitaux de notre territoire et ceux de Sarrebruck et de Zweibrücken lorsqu’une personne sera victime d’un AVC ou d’une urgence cardiaque », souligne Nicole Trisse.

« Pour ce type de pathologies, il s’agit d’aller vite pour les soins. D’autant que sur la circonscription, nous avons plus de maladies bronchopulmonaires, des AVC, des diabétiques qu’ailleurs en France… C’est une très bonne nouvelle car cette ouverture permettra de sauver des vies. »

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 06/01/2019

Mise en ligne le 11/01/2019

Spicheren : trois sauveteurs mis à l’honneur pour leur dévouement

Spicheren : trois sauveteurs mis à l’honneur pour leur dévouement

Le dimanche 14 octobre 2018, lors de la marche d’automne organisée par C’Rando Spich, une personne prise de malaise a fait un arrêt cardio-respiratoire. Laura Gerber et Arnaud Anstett en couple et tous deux infirmiers, constatant l’urgence absolue, ont pratiqué les premiers secours et ont pu progressivement réanimer et sauver cette personne.

Également sur les lieux et à titre personnel, le lieutenant Christophe Klein, chef du centre de secours de Spicheren leur a prêté main-forte. Hospitalisée en cardiologie, la victime a depuis retrouvé une vie normale.

Au nom de la collectivité tout entière, ils ont reçu des mains du député Christophe Arend, de la conseillère départementale Élisabeth Haag et du maire de Spicheren Jean-Charles Giovanelli, le diplôme de reconnaissance de la municipalité.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 08/01/2019

Mise en ligne le 11/01/2019

Une assemblée parlementaire franco-allemande - DW

Une assemblée parlementaire franco-allemande

C'est une première dont l'accord final portant sa création doit être signé le 22 janvier prochain, date symbolique de la signature du premier traité d'amitié franco-allemand, dit traité de l'Élysée, en 1963. L'assemblée parlementaire franco-allemande regroupera alors 50 députés allemands, issus du Bundestag, et 50 députés français, issus de l'Assemblée nationale. Cette assemblée doit, dès le premier semestre 2019, sièger au moins deux par an, alternativement en France et en Allemagne. 

Pour en parler cette semaine, Vu d'Allemagne reçoit Christophe Arend. Député de la République en Marche en France, le parti d'Emmanuel Macron, il préside le Groupe d'amitié parlementaire France-Allemagne et revient sur cette assemblée. "Elle devra d'abord servir au suivi de la mise en application des traités entre la France et l'Allemagne", explique-t-il. "Nous ferons aussi le suivi du conseil de sécurité franco-allemand, du conseil des ministres, et nous réfléchirons ensemble à la transposition des directives européennes pour qu'elles aboutissent au même résultats dans les deux pays", développe Christophe Arend. 

Directives européennes

S'achemine-t-on alors vers une nouvelle instance pour en contrôler d'autres qui existent déjà ? Le député français assure que non. "On a pour vocation de mettre à table des Français et des Allemands de différents courants, de les laisser prendre des délibérations, et à eux ensuite de les transformer en résolutions dans leurs assemblées respectives". Le but est notamment de transformer les directives européeenes de façon identique dans le droit allemand et le droit français, ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui. 

Quel poids pour "le couple franco-allemand" ? 

50 Jahre Élisée-Vertrag (Reuters)

À l'aube de cette nouvelle assemblée, Christophe Arend revient également sur le rôle de la France et de l'Allemagne au sein de l'Union européenne. "Pendant plus de trois siècles, la France et l'Allemagne se sont battues pour des ressources, jusqu'à ce que des gens intelligents décident de se mettre en commun, pour gérer le charbon et l'acier", rappelle-t-il. "On est en paix depuis 73 ans désormais, et il faut donc aller un cran au-dessus, que l'Europe résolve les problèmes du quotidien, et intervienne positivement dans le quotidien des citoyens français, allemands, mais aussi pour les pays autour", estime-t-il.

Le "couple franco-allemand" aurait donc, selon le député français, toujours un rôle primordial en Europe. L'actualité récente a cependant montré combien les intérêts des deux pays étaient parfois éloignés. Des différents affichés lors des discussions autour d'une éventuelle "armée européenne", sur les questions de baisse des émissions de CO2 ou encore la taxation des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon).

"Sur l'armée commune par exemple, on voit que les choses évoluent. Cela prend du temps, il faut tenir compte des opinions publiques, des différentes cultures, mais il faut construire, c'est indispensable", estime Christophe Arend. "Un pays seul ne peut plus faire face à la Chine, la Russie ou les Etats-Unis. Mais à 500 millions d'européens, cela est possible", conclut-il. 

À noter que des élections européennes sont prévues du 23 au 26 mai prochain dans toute l'Europe afin d'élire les 705 députés du Parlement européen. 

Retrouvez l'article ici.

Deutsche Welle - 02.01.2019

Mise en ligne le 03/01/2019