Revivez la visite de Geneviève Darrieussecq pour commémorer le 150e anniversaire de la Guerre de 1870

Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, se rend à Mars-la-Tour (54) et à Gravelotte (57) ce dimanche 30 août pour célébrer le 150e anniversaire de la Guerre de 1870. Suivez sa venue en direct.

Hier à 15:54 | mis à jour à 19:11 - Temps de lecture : 3 min

8 h.- Fin du direct, merci à tous de nous avoir suivi. 

17 h 55.-Allocution de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées. 

17 h 50.- Allocution et du ministre plénipotentiaire auprès de l'ambassade de la République fédérale d'Allemagne

Nous approchons la fin de ces commémorations à Gravelotte. Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, s'apprête à clôturer le 150e anniversaire de la Guerre de 1870.

17 h 45.- Allocution du représentant du conseil départemental de la Moselle

17 h 25.-Visite du musée de la Guerre de 1870 et de l'Annexion

Le musée de la Guerre de 1870 à Gravelotte. Photo RL /Gilles WIRTZ

17 h 05.- Dépôt de fleurs du souvenir par deux jeunes français et allemand sur les tombes de soldats

16 h 40.- : Présentation de la Halle du souvenir

Dépôt de gerbe par le président général du Souvenir français, le maire de Gravelotte, le vice-président du Landtag de la Sarre et le représentant du conseil départemental de laMoselle, la ministre déléguée et le ministre plénipotentiaire auprès de l'ambassade de la République fédérale d'Allemagne.

16 h 30.-Arrivée de la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées au musée de la Guerre de 1870 et de l'Annexion à Gravelotte

16 h 30.- Dépôt de gerbe puis salut des porte-drapeaux et invités

15 h 50.- Présentation de l'historique et de la symbolique du monument par le délégué général du Souvenir français pour la Meurthe-et-Moselle

15 h 45.-  Geneviève Darrieussecq est arrivée à Mars-la-Tour (54) pour commémorer 1870

Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées est en Lorraine ce jour pour commémorer le 150e anniversaire de la guerre de 1870. Elle a choisi pour cela deux lieux symboliques : l'impressionnant monument aux morts de Mars-la-Tour (54), haut de 5 mètres, que lui a présenté Pascal Solofrizzo, délégué départemental du Souvenir français. Elle se rend ensuite dans un lieu incontournable distant de 11 km : Gravelotte, en Moselle, où elle visitera la Halle du souvenir et le musée avant d'y prendre la parole en fin d'après-midi.

Photo RL

01 / 02

Photo RL

Photo RL

02 / 02

Photo RL

15 h 30.-Bienvenue dans notre direct

Pour assurer la sécurité de tous à l’occasion de la cérémonie commémorant le 150e anniversaire de la Guerre de 1870-1871, le Musée de la guerre de 1870 et de l’Annexion est exceptionnellement fermé au public. La circulation routière est temporairement interrompue sur la RD603.

Afin de faciliter la mise en place, ainsi que le déroulement de la cérémonie, la route départementale 603 en provenance de Rozérieulles est fermée à la circulation et une déviation est mise en place depuis 13 heures.

Au sommaire notamment : la France à la veille de 1870, les causes de la guerre, les principales batailles, le bilan humain et matériel, les traités de paix, la Commune, l’Annexion de l’Alsace-Moselle, Nancy capitale de l’Est, le formidable essor de Belfort, les lieux de mémoire et musées, la guerre dans les arts et dans la littérature. Plus de 400 photos, gravures, tableaux, cartes et documents souvent inédits.

La circulation est en effet interdite aux véhicules sur la RD603 dans les deux sens de circulation, entre le carrefour RD603/RD103Y et Gravelotte (57). Seuls les véhicules de secours, les riverains et les personnes accréditées sont autorisés à passer.

Une déviation entre Gravelotte et Moulins-lès-Metz, via Ars-sur-Moselle, est mise en place dans les deux sens entre 13 h et 19 h 30.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 30/08/2020

Mise en ligne le 31/08/2020

TV8 Moselle-Est 150e anniversaire de la bataille de Spicheren

A partir de 7min35, revivez la commémoration du 150e anniversaire de la bataille de Spicheren avec TV8 Moselle-Est dans un contexte de crise sanitaire ! Les cérémonies organisées à Spicheren et à Sarrebruck sont un symbole de la force de l'amitié franco-allemande aujourd'hui.

Visualisez la vidéo ici. 

TV8 Moselle-Est - 12/08/2020

Mise en ligne le 31/08/2020

Vente de Smartville : les députés de Moselle-Est et les élus locaux interpellent Macron

Nicole Trisse, députée de la circonscription de Sarreguemines, Christophe Arend (Forbach) et Hélène Zannier (Saint-Avold) sont à l’unisson. Les parlementaires ont écrit ce mardi matin à Emmanuel Macron un courrier dans lequel ils lui demandent solennellement d’intervenir pour sauver le site smart. Les présidents des intercommunalités de Sarreguemines et de Bitche, ainsi que les maires de Sarreguemines et Hambach se joignent à leur initiative.

07 juil. 2020 à 13:46 | mis à jour à 16:14 - Temps de lecture : 2 min

Alors que l’on a appris ce mardi matin qu’Ineos Automotive se mettait sur les rangs pour racheter le site de Smartville mis en vente par le groupe Daimler, les parlementaires de Moselle-Est appellent Emmanuel Macron au secours. Dans leur courrier, ils expliquent « les conséquences catastrophiques que la fermeture du site entraînerait pour le bassin d’emploi de Moselle-Est ». « La décision de Daimler va à l’encontre des annonces qui avaient été faites en 2018 : un investissement de 500 millions d'euros pour produire un SUV électrique à Hambach. »

Les trois députés redoutent que la vente entraîne « de nombreuses suppressions d’emplois qui ne feraient qu’empirer la situation d’un territoire où le taux de chômage est déjà très élevé ». « Nous savons que la filière automobile traverse une crise sans précédent en France et en Allemagne. Nous souhaitons que l’Etat se mobilise aux côtés du groupe Daimler pour trouver un repreneur. »

Angela Merkel sollicitée également

Dans leurs conclusions, les parlementaires demandent non seulement au Président Macron d’intervenir auprès du groupe Daimler ainsi qu’à la Chancelière allemande Angela Merkel « afin que nos deux nations continuent à développer ensemble des stratégies communes pour redynamiser le territoire transfrontalier. »

Quatre cosignataires se joignent à cette initiative, à savoir, Daniel Muller, maire de Hambach, Roland Rot, président de la Communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences, Francis Vogt, président de la Communauté de communes de Bitche et Marc Zingraff, maire de Sarreguemines.

Retrouvez l'article ici. 

Le Républicain lorrain - 07/07/2020

Mise en ligne le 04/08/2020

Aucun lit de réanimation : le député et le maire font le forcing auprès de l’ARS

Le député et le maire de Forbach ont rencontré la déléguée de l’Agence régionale de santé à l’hôpital public de Forbach. Pour les deux élus, c’était l’occasion de formuler, à nouveau, une revendication : la création urgente de huit lits de réanimation au centre hospitalier Marie-Madeleine.

Par Stéphane MAZZUCOTELLI - 06:30 | mis à jour à 07:30 - Temps de lecture : 2 min

La crise sanitaire a révélé un manque criant de lits de réanimation en Moselle-Est. Particulièrement à Forbach où l’hôpital Marie-Madeleine n’est pourvu d’aucun lit de cette spécialité. Les élus locaux revendiquent désormais la création de huit lits de réanimation au centre hospitalier forbachois.

Ce mercredi, Christophe Arend et Alexandre Cassaro ont rencontré Lamia Himer, déléguée de l’Agence régionale de santé (ARS) pour la Moselle. Le député de la 6e circonscription et le maire de la ville ont profité de cette entrevue pour rappeler leurs doléances.

Un projet d’extension dans les cartons

« Nous avons évoqué la mise en œuvre d’un projet architectural visant à améliorer nos capacités d’accueil, peut-être en rajoutant une aile aux bâtiments actuels, comme c’était prévu dans les années 80.

Surtout nous avons demandé, le plus rapidement possible, l’obtention de huit lits de réanimation à Forbach dans le cadre du Plan Ségur  », écrivent les deux élus dans un communiqué commun.

Pour eux, cette attribution répondrait à « un souci d’équité et d’équilibre dans l’offre de soin du bassin de vie ». En effet, les hôpitaux voisins de Sarreguemines et de Saint-Avold sont déjà pourvus de quelques lits de réa.

Un complément logique des autres unités existantes

« Il serait logique que Forbach soit doté d’un service de réanimation. Il serait complémentaire des unités déjà existantes de neurologie, de pneumologie, de maternité et réa néonatologie (pour les bébés) ou de soins intensifs en cardiologie. Lors de la rencontre, la direction de l’hôpital et des médecins ont apporté des données chiffrées qui justifient pleinement la création d’une réa à Forbach », détaille Christophe Arend.

Lors du pic épidémique du coronavirus, il avait fallu créer six lits de réa temporaires, dans l’urgence, pour faire face à l’afflux de malades.   Photo RL /Stéphane STIFTER

Le député LREM ajoute : « La Moselle-Est a fait partie des secteurs les plus endeuillés de France quand l’épidémie de Covid-19 a atteint son paroxysme. Si cette terrible crise a révélé de grandes capacités d’adaptation et la qualité extraordinaire de nos personnels soignants , elle a aussi démontré des failles et des besoins de notre système de santé à l’échelle nationale comme à celle de notre territoire ».

Le parlementaire et le maire de Forbach espèrent avoir convaincu la représentante de l’ARS de la pertinence de leur démonstration. « Ces lits serviront dans la pratique des spécialités médicales de l’hôpital et dans l’exercice de la médecine lourde ainsi qu’en cas de récidive d’une crise comme celle de mars dernier », concluent Alexandre Cassaro et Christophe Arend.

 

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 31/07/2020

Mise en ligne le 31/07/2020

Le Parc Explor Wendel de Petite-Rosselle se construit un restaurant pour attirer les visiteurs

Le musée de la mine du Parc Explor Wendel, à Petite-Rosselle, investit un peu moins de 2 millions d'euros pour construire un restaurant dans son enceinte, qui doit ouvrir d'ici un an. Le Parc Explor espère ainsi attirer davantage de tour-opérateurs et de voyages organisés.

Les visiteurs sont de retour. On a même des créneaux de réservations qui sont pleins", se félicite Gérard Bruck, le président du syndicat mixte du Musée les mineurs du Parc Explor Wendel. Depuis sa réouverture le 16 juin avec des créneaux de réservation pour le respect des mesures sanitaires, le musée minier de Petite-Rosselle fait recette. Ses dirigeants, avec les élus locaux, ont posé jeudi 23 juillet la première pierre d'un futur restaurant qui va compléter l'offre du parc.

"Les visiteurs peuvent visiter la mine le matin, faire une pause le midi, et visiter le musée l'après-midi, il fallait donc une offre pour la pause méridienne", explique Daniel Deutsch. Cet historien rossellois, créateur en 2016 d'une fondation destinée à aider le musée, a fait don de 300 000 euros pour la création du restaurant, sur un investissement total de 1,7 million d'euros financé en grande partie par les collectivités. 

Un investissement qui en appelle d'autres

"Les pouvoirs publics mettent de l'argent, mais nous les gens du cru, on doit aussi faire un effort", explique ce fils et petit-fils d'employé des mines de la famille de Wendel. Le restaurant doit ouvrir au "second semestre 2021", indique Gérard Bruck. Il comportera un grand comptoir et la possibilité de fournir les cars de touristes des tour-opérateurs, un des grands enjeux d'attractivité du site : "On a constaté que la cafétéria existante attire beaucoup de monde", explique le président du syndicat mixte. 

Un investissement qui en appelle d'autres, pense Christophe Arend, député LREM de Moselle, présent à la pose de la première pierre : "Il faut que cette structure là qui est musée de France ait un restaurant digne de ce nom, et à partir du moment où des activités de loisir se développent, il va falloir réfléchir à des solutions d'hébergement. Le tourisme après la Covid-19 sera davantage local, et il y a une opportunité à saisir ici". Déjà, des anciens bâtiments miniers ont été réhabilités pour accueillir des artisans qui voudraient s'installer dans ce lieu chargé d'histoire. 

France Bleu - 23/07/2020

Mise en ligne le 31/07/2020