Fête nationale : les Rossellois « ont marché sur la lune »

Dame Météo étant de la partie, les festivités de la Fête nationale, auront attiré plusieurs centaines de Rossellois, du côté de La Concorde. Combien étaient-ils samedi soir ? 1000, 1 200 ou plus ?

Après la sonnerie des cloches dans les églises de la commune, le dépôt de couronnes au monument aux Morts et le discours du maire Gérard Mittelberger et du député Christophe Arend, on a procédé à la traditionnelle distribution de lampions. Ensuite, tous ensemble, en cortège avec pompiers, musique municipale, élus, majorettes, élus de Grande-Rosselle avec le maire Jörg Dreistadt en tête, la population s’est rendue, via le centre-ville, vers La Concorde.

Lumières et musique

Là, le public a applaudi le magnifique feu d’artifice embrasant le ciel, tout en appréciant ce spectacle pyrotechnique mis en scène par Starlight événementiel sur le thème « 1969-2019 - On a marché sur la lune ». Beau, intense et grandiose à la fois.

Après coup, le public était invité à la danse sur les rythmes du groupe Innovation. Une soirée Fête nationale, mise en lumière par la ville et par les bénévoles des associations de l’Office municipal des sports et de la culture, permettait ainsi aux Rossellois de passer un excellent moment de convivialité. La Fête nationale, ici à Petite-Rosselle, draine toujours autant de monde.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 15/07/2019

Mise en ligne le 16/07/2019

Théodore Gouvy devient immortel

Ce jeudi 4 juillet, la commune de Hombourg-Haut a dévoilé une statue à l’effigie du compositeur Théodore Gouvy, installée à proximité de l’hôtel de ville. Cet événement vient célébrer le bicentenaire de la naissance du musicien franco-allemand.

Dans sa main droite, un chapeau haut-de-forme et une canne. Dans sa main gauche, une partition aux mille notes. Le regard altier, Théodore Gouvy veille désormais sur la commune de Hombourg-Haut depuis qu’une statue à son effigie, réalisée par Christian Fuchs, a été dévoilée, ce jeudi 4 juillet. « Il s’agit, pour nous, d’un moment historique, a rappelé Laurent Muller, le maire, lors de l’inauguration officielle. Tous ceux qui traversent notre ville pourront maintenant découvrir notre compositeur et s’intéresser à sa musique. Grâce à cet événement, nous prouvons, une fois de plus, qu’Hombourg-Haut est une ville de patrimoine et de culture. »

30 ans au service du compositeur

Le dévoilement de cette statue est l’aboutissement d’un projet communal mené afin de célébrer le bicentenaire de la naissance de Gouvy. Mais c’est surtout celui d’une vie pour Sylvain Teutsch, président de l’Institut Gouvy, qui œuvre depuis 30 ans pour la reconnaissance du travail de l’artiste hombourgeois.

« Je ne peux dire ma fierté et mon émotion devant cet hommage rendu à notre illustre concitoyen, a-t-il exprimé. Connu et reconnu de son vivant, je suis heureux qu’il le redevienne aujourd’hui. Le ministère de la Culture a retenu son bicentenaire dans les commémorations nationales de 2019. Sa musique est jouée en France et en Allemagne et nous comptons de plus en plus de fidèles qui aiment son travail. Que rêver de mieux, si ce n’est encore plus de concerts ! » A l’image de celui donné, en soirée, à la collégiale Saint-Etienne par l’Orchestre national de Metz, dirigé par Jacques Mercier, qui a connu un grand succès.

Un honneur pour ses héritiers

Xavier Durteste et Yann Gouvy, ses héritiers, confirment : « Nous ne pouvons que remercier l’Institut Gouvy et la municipalité pour cet honneur fait à notre famille. Christian Fuchs a parfaitement su trouver l’âme de Théodore. Grâce à vous tous, il redevient un grand homme. »

Né Prussien, ayant vécu la majeure partie de sa vie en France, Gouvy incarne idéalement le territoire de Moselle-Est, comme l’a rappelé Christophe Arend, député de Forbach. Pour Didier Martin, préfet de la Moselle, « c’est même l’amitié franco-allemande que l’on doit célébrer aujourd’hui, à travers le dévoilement de cette statue. C’est une grande figure de l’Histoire que nous mettons à l’honneur. Au même titre qu’un Schumann. Nous pouvons être fiers de leur héritage. »

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 04/07/2019

Mise en ligne le 16/07/2019

Restaurer la dignité des Malgré Nous

Restaurer la dignité des Malgré Nous

Le député Christophe Arend et Laurent Kleinhentz, maire de Farébersviller et historien, veulent « réparer les erreurs de l’Histoire » en faisant reconnaître la souffrance des incorporés de force, lors des deux guerres mondiales, mais aussi de leurs familles.

C’est une histoire douloureuse, celle du sort de ceux que l’on appelle les ''Malgré Nous''. Ces Mosellans et Alsaciens, incorporés de force dans l’armée allemande, pas seulement lors de la Seconde guerre mondiale, comme on a trop tendance à le croire, mais aussi lors du premier conflit. Certes, ces territoires avaient été cédés à l’Allemagne après la défaite de 1871, et les habitants sont nés allemands, mais « pour la plupart, leur cœur restait français », explique Laurent Kleinhentz, maire de Farébersviller et historien. Ils furent 380 000 lors du premier conflit mondial à être enrôlés dans l’armée allemande et, pour la plupart, envoyés sur le front de l’Est. Beaucoup ont refusé de combattre leurs ''compatriotes''. Il y a un siècle, le 28 juin 1919, le Traité de Versailles réintégrait la Moselle et l’Alsace dans la souveraineté française.

Mais avec le second conflit mondial, une nouvelle annexion les départements ont subi une nouvelle annexion et, de fait, la mobilisation de conscrits alsaciens et lorrains, « obligés de revêtir cet uniforme exécré, honni, sous peine de représailles ». Ceux qui refusaient « l’embrigadement risquaient la corde » et leurs familles étaient également menacées.

"Rétablir les erreurs de l'Histoire" 

Un groupe de réflexion s’est créé pour porter jusqu’au sommet de l’État cette réflexion sur les ''Malgré eux''. « À l’heure où l’on s’attache à rétablir les erreurs de l’Histoire, il s’agit de parler de faits qui restent encore trop méconnus », explique Christophe Arend. « Nous devons redonner leur fierté aux Mosellans, restaurer la dignité de ces Malgré-Eux des deux guerres. » Le député évoque également la dissolution de la Fondation entente franco-allemande (Fefa), structure créée en 1981 pour indemniser les incorporés de force Alsaciens et Mosellans. « Il faut qu’il y ait une reconnaissance du drame des Malgré-Nous, pour qu’ils puissent être considérés comme victimes de guerre. » Un courrier doit être adressé en ce sens au président de la République, avant l’étude éventuelle d’un texte de loi.

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 27/06/2019

Crédit photo : Michel LEVILLAIN 

Mise en ligne le 16/07/2019

Neuf renforts de gardiens de la paix au commissariat de police de Forbach

Ils étaient attendus de longue date. Neuf gardiens de la paix stagiaires viennent d’être affectés au commissariat de police de Forbach. Ils intègrent la toute nouvelle BST (brigade spécialisée de terrain) pour travailler en proximité au Wiesberg et à Bellevue, deux quartiers dits de reconquête républicaine.

La réforme de la sécurité du quotidien produit ses effets à Forbach. Le commissariat de police vient d’obtenir les renforts de neuf gardiens de la paix stagiaires. Un dixième est même prévu pour bientôt. « Votre arrivée est un événement. Vous étiez très attendus », assure Carole Despres, commissaire, lors de l’intronisation des recrues ce lundi. Les effectifs de police de Forbach étaient trop justes depuis longtemps, malgré le classement en zone de sécurité prioritaire (ZSP) depuis 2013. Ces nouveaux policiers vont intégrer une toute nouvelle unité : la BST, soit la brigade spécialisée de terrain, qui est commandée par l’expérimenté brigadier-chef Sébastien Joly.

Pour une expérimentation au Wiesberg et à Bellevue

« Votre mission sera d’assurer la sécurité au quotidien dans deux quartiers de Forbach en particulier : le Wiesberg et Bellevue. Ce sont deux quartiers classés QRR (quartiers de reconquête républicaine). Ce sont d’ailleurs les seuls QRR de Moselle », précise Philippe Tireloque, directeur départemental de la sécurité publique et coordonnateur de la zone de défense et de sécurité Est. Didier Martin, préfet de la Moselle, rappelle les missions de cette BST de Forbach : « Ce sera un travail de proximité afin de renforcer le lien entre police et population. Il y aura un partenariat avec les institutions comme la municipalité, les bailleurs sociaux, des associations intermédiaires… Vous allez tester une nouvelle méthode de travail. Le ministère de l’Intérieur compte beaucoup sur cette expérimentation ». Bien entendu, les gardiens de la paix participeront aussi à des missions d’investigation ou de recueil de renseignements opérationnels.

Formés à l'école nationale de police de Nîmes 

Certaines de ces nouvelles recrues ont déjà une expérience d’agents de sécurité. Ces nouveaux policiers sont d’origines géographiques très différentes. Ils ont été formés à l’école nationale de police de Nîmes. Avec eux, l’effectif total du commissariat de police de Forbach est désormais d’environ 110 fonctionnaires. Cinq mutations sont encore attendues pour septembre. Christophe Arend, député, et Laurent Kalinowski, maire de Forbach, étaient présents lors de la présentation de ces renforts au commissariat. Ils ont insisté sur leur volonté d’élus de travailler « en collaboration avec les forces de police en faveur de plus de sécurité au quotidien ».

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 24/06/2019

Mise en ligne le 16/07/2019

La Lampe brille à nouveau au pied de Saint-Charles

La Lampe brille à nouveau au pied de Saint-Charles

C’est en mémoire des victimes des catastrophes de Saint-Joseph, en 1937, et celles de Saint-Charles en 1929 et 1959, que l’espace avait été créé. Ce samedi, le nouvel espace a été inauguré. « La Lampe » devrait à nouveau briller à Saint-Charles, à une cinquantaine de mètres de l’ancien lieu.

« La flamme doit briller jour et nuit en mémoire des mineurs décédés ». Cette phrase de l’ancien président Rigobert Minninger a pris tout son sens, ce samedi, jour d’inauguration du nouvel Espace La Lampe, au pied de l’ancienne cheminée de Saint-Charles.

Cet emplacement avait été revu pour cause de travaux sur le site, engagés par l’Etat. Si ces travaux sont aujourd’hui terminés, il reste encore à consolider le mur de soutien.

Lieu de recueillement des mineurs disparus 

Peu importe, ce nouvel emplacement fait désormais la fierté des Amis du Puits Saint-Charles, lieu de recueillement des mineurs disparus. Alfred Rothenmacher, le nouveau président, dans la lignée de son prédécesseur, a souligné : « Cette flamme brille en mémoire des victimes des catastrophes de Saint-Joseph et de Saint-Charles, et ce jour et nuit. Il était indispensable de la garder ici sur ce site ».

La Lampe a été bénie par le curé de la paroisse, l’abbé Dominique Pirra, en présence du maire Gérard Mittelberger, du député Christophe Arend, de représentants d’associations, d’élus, et de nombreux amis et anciens mineurs.

« Nous sommes tous quelque part fils et filles de gueules noires, et, nous partageons des sentiments, de la tristesse et nos pensées vont vers ceux qui allaient au charbon en vivant de l’or noir de notre sous-sol. Il est de notre responsabilité d’être les étendards de notre région et de notre passé, de notre histoire », a réagi le député Christophe Arend.

Le bon emplacement 

Gérard Mittelberger a précisé : « Malgré les difficultés, dues au chantier de remise en état du site, nous nous devions de redonner une place de choix à cet espace. Et les Amis du Puits Saint-Charles ont trouvé le bon emplacement. Il est important de garder en mémoire ces hommes, ces mineurs, et de se souvenir des disparus de la mine ».

Les services de la voirie, l’ASBH, Le Lions Club Val de Rosselle, les Amis du Puits Saint-Charles, la Ville ont tous contribué à refaire briller « La Lampe ».

Nouvel emplacement de le l'Espace « La Lampe »: hommage aux disparus de la mine

Gérard Brück, l’homme fort de Wendel, un message de soutien ne passait pas inaperçu : « Un rapprochement, voire un partenariat entre Wendel et St Charles pourrait voir le jour. Des idées sont là, et il nous faut perpétuer les amitiés et expériences ».

Retrouvez l'article ici.

Le Républicain lorrain - 18/06/2019

Mise en ligne le 16/07/2019